jeudi 6 juillet 2017

La bibliothèque, la nuit



J’ai visité cette expo le weekend de l’Ascension, et je ne vous ne parle que maintenant. Je sais, ce n’est pas sympa. Mais pour ceux qui passeront à Paris cet été, elle dure jusqu’au 13 août, rien n’est perdu !

Il me faut donc vous raconter mon émerveillement sans trop en dévoiler… Délicat. Voici donc une sorte de script.

Vous pénétrez d’abord dans une salle d’expo qui parle de livres, d’ex-libris (j’ai découvert à cette occasion ce que c’était !), et au fur et à mesure vous vous approchez d’une porte, et devrez attendre qu’elle s’ouvre.

Lorsqu’enfin cela se produit, un ou une guide vous fait entrer dans une bibliothèque toute de bois. C’est la nuit, il pleut, et vous pouvez vous déplacer comme vous voulez, vous asseoir sur un des bancs-coffres ou au bureau, écoutant la voix d’Alfredo Manguel vous parler de sa bibliothèque, des livres, de ce que les méthodes de classement vous révèle des gens qui classent (aïe, il fut ici question de classement pathologique, car trop systématique…)

Puis le ou la guide vous explique comment fonctionnent les casques à réalité virtuelle. Quand tous les visiteurs sont prêts, il ou elle fait tourner un pan de la bibliothèque (oui ! comme dans les films ! et pas seulement Harry Potter…) et vous pouvez accéder au clou de l’expo : une salle meublée de tables en bois avec ces petites lampes vertes qui donne une lumière chiche. Elle est rythmée de piliers qui sont en fait des arbres, dont le feuillage est fait de livres. Dans cette atmosphère magique, vous choisissez un siège et pouvez commencer la visite virtuelle de 10 bibliothèques toutes plus incroyables les unes que les autres, chacune avec son atmosphère, ses bruits, son espace, ses lecteurs ou autres usagers (je ne veux rien révéler). Vous irez ainsi dans une abbaye en Autriche, à Washington, Mexico, Ottawa, vous plongerez sous les mers dans la bibliothèque du Nautilus, puis en remontant à la surface partirez pour le Japon, Copenhague, Paris, Sarajevo et Alexandrie…

Chaque lieu a son âme, ses beautés, une histoire à raconter. L’immersion est totale, vous pouvez regarder à 360°, en haut, en bas… Les concepteurs de l‘exposition ont prévus quelques belles sensations pour les visiteurs, que je ne peux hélas pas vous raconter pour vous laisser toutes les surprises…

Cette expérience unique permise par la réalité virtuelle, la visite de 10 sites tous plus exceptionnels les uns que les autres, les émotions ressenties, tout cela m’a laissé un vif souvenir que j’avais très envie de partager avec vous. J’en suis sortie avec un goût encore plus fort pour les livres et les lieux qui leurs sont consacrés !

Alors n’hésitez pas c’est une des sorties de l’été 2017 à Paris ! Tous les renseignements ici : http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/anx_expositions/f.bibliotheque_la_nuit.html

vendredi 2 juin 2017

mes lectures d'avril et mai 2017: médiocre moisson



En deux mois je n'ai lu qu'un livre (et tout petit) qui m'ait fait plaisir. Quelle triste moisson !  Souhaitant vous rendre compte malgré tout de les lectures, je n'ai pas eu l'envie de résumer des intrigues qui ne l'ont pas touchée. Cliquez donc sur les liens pour en savoir plus...

un tel ennui en lisant, ça ne m'étais pas arrivé depuis longtemps...


Le racisme expliqué à ma fille, Tahar Ben Jelloun

En ces temps troublés par une menace terroriste permanente, la tentation du racisme est forte pour de nombreuses personnes.  J’ai donc été curieuse de savoir ce qu’on pouvait en dire à des jeunes. Une précision importante : ce livre est ancien déjà, puisqu’il a été écrit en 1997 dans sa version originelle.

J’ai été très intéressée mais surprise par un point : l’auteur explique que les racistes voient les autres à travers le prisme de préjugés et de caricatures, et pourtant il écrit « le raciste pense », « le raciste croit », « le raciste est », ce qui à mon sens le fait tomber dans la piège de caricaturer les racistes, qui sont sans doute aussi divers que l’est l’humanité. 

Il explique avec des mots simples et des notions accessibles le sens de mots comme différence, étranger, xénophobie, discrimination, ghetto, etc… Il insiste sur l’important de l’éducation comme premier remède au racisme, tout en précisant que cela peut donc prendre du temps pour faire naitre une société plus tolérante. 

Si vous avez besoin de vous adresser à un adolescent, malgré les limites indiquées plus haut, ce livre peut être d’une grande aide. 

Opération Sweet Tooth, Ian McEwan

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Du-monde-entier/Operation-Sweet-Tooth

J’étais curieuse de cet auteur que je n’avais jamais lu et dont on dit tant de bien. J’ai pris le volume qui se trouve dans notre bibliothèque. Plus tard j’ai dit à ma moitié que je m’ennuyais ne lisant ce livre. Il m’a avoué que celui-ci ne lui avait pas laissé un grand souvenir. Pour moi ce sera pareil. Cette espionne est inintéressante et son histoire sans relief.

Ecoutez nos défaites, Laurent Gaudé. 

http://www.actes-sud.fr/catalogue/litterature/ecoutez-nos-defaites

Je suis une fan de Gaudé. Ce livre a eu un très bel accueil. Ça aurait donc dû fonctionner ! Et pourtant… j’ai lu ce roman peu de temps après pour seul cortège, qui m’a éblouie. Ici j’ai eu le sentiment que l’auteur ne trouvait pas son rythme (rythme donné par les pleureuses dans pour seul cortège), et qu’il ressassait, puisqu’il mentionne encore ici et là Alexandre, héros du roman mentionné et de Le tigre bleu de l’Euphrate. 

De plus, l’entrelacement des histoires des Général Grant, d’Hailé Sélassié et de Hannibal m’a paru un peu artificiel.

Voilà donc une rencontré ratée… 

Les souffrances du jeune ver de terre, Claro. 

http://www.actes-sud.fr/catalogue/romans-policiers/les-souffrances-du-jeune-ver-de-terre-babel-noir

Il me semble que mon ami G@rp qui parlait de Claro de temps en temps sur les réseaux sociaux. Quand le suis tombée sur ce livre par hasard à la médiathèque, j’ai eu envie de faire connaissance. Et j’ai bien fait ! Si l’histoire était un peu complexe parfois, l’incroyable verve de l’auteur m’a mise en joie, m’a fait rire ! J’ai adoré sa façon de jongler avec les mots, il m’a semblé retrouver un peu, dans un registre qui lui est propre, l’incroyable saveur du verbe du Frédéric Dard des débuts… Ce qui est un grand compliment ! 

L’ile des oubliés, Victoria Hislop

http://www.livredepoche.com/lile-des-oublies-victoria-hislop-9782253161677
J’étais persuadée que quelqu’un en qui j’ai confiance m’avait parlé de ce livre en bien. Ma mémoire me joue des tours… Car personne parmi mes amis amateurs de livre n’a pu m’inciter un livre aussi mal écrit, aussi plein de clichés, de psychologie de bazar et d’image d’Epinal ! 

Dommage car le sujet, cette ile au large de la Crète à l’histoire millénaire et qui a abrité une léproserie au début du XXe siècle, est passionnant !

lundi 29 mai 2017

Boite à livres



Ma fille me connait bien. En balade au parc de Montmorency, elle trouve une boite à livres, trouve que c’est une idée très sympa et m’envoie une photo. Elle a doublement raison : j’adore l’idée et ça me fait plaisir qu'elle ait pensé à moi.

A côté de chez moi, il y a une étagère publique avec des livres, à disposition de chacun. Je vais ajouter (dès que je l’aurai faite), la photo de cette étagère à ce post.

Et je demande à vous tous, amis lecteurs, de m’envoyer les photos des boites à livres que vous pouvez rencontrer au hasard de vos pérégrinations. Tous ensembles nous pourrons alors créer un kaléidoscope de ces lieux assez magiques, basés sur le partage et la confiance. Deux belles valeurs, qui me touchent.

Vous connaissez mon adresse mail : encrebleunuit@gmail.com. A vos photos !

Suite: je n'ai pas reçu grand-chose et j'en suis bien triste. En effet il existe près de chez moi une boite à livres que voici:


et elle a suscité des remerciements enthousiastes affichés à côté:



L'expression "grande plaine ouverte à même la ville" m'a émue !

je jette un œil à chaque fois que je passe: un jour, une mère et sa fille discutent des livres qui leur tendent les bras, un autre je constate que les étagères se sont remplies de quantités de livres, montrant que nombreux sot ceux qui ont envie de faire ce cadeau.

Alors encourageons les boites à livres !